Mister Muffin and The Sticky Bones

Mister Muffin and The sticky BonesPrenez un chanteur / basse (Jean-Marie) accompagné de Catherine (chœurs), Odimba (percussions ), Benoit ( batterie) et dundar (guitare) et vous obtiendrez le fabuleux « Mister Muffin and The Sticky Bones ». Rencontre en toute simplicité :

En quelques mots Mister Muffin & the Sticky Bones c’est quoi ?

Benoit : C’est Jean-Marie qui est le compositeur, il compose généralement à la guitare sèche ou à la basse, il amène au Sticky Bones sa composition et on essaie chacun de mener sa pierre à l’édifice en essayant de garder l’esprit de départ de Jean-Marie.  

Odimba : On vient tous d’horizons musicaux différents, donc chacun apporte sa touche personnelle.  Sans perdre l’essence même du produit de départ.

Comment définiriez-vous votre musique ?

J-M : Je la définirais comme Groove –Rock. Rock parce qu’on retrouve des instruments tels que la basse, la batterie. Et Groove parce qu’on retrouve les percussions, c’est ça qui fait la différence. Et Benoit voit différemment les choses, avec l’apport de chacun, ça donne quelque chose de mélangé, de différent.

Etre artiste pour vous c’est quoi ?

Benoît : Etre artiste, c’est exprimer la créativité de manière collective ou individuelle.

J-M : C’est large, c’est devenu tellement compliqué au jour d’aujourd’hui, il n’y a pas de pure définition, c’est être une personne qui tente d’exprimer quelque chose de différent une expression personnelle avec des moyens de communication déjà existant.

Odimba : Etre artiste, c’est exprimer, essayer de faire passer des sentiments ou des idées au travers d’un média existant ou que l’on crée. Exprimer à travers un instrument, coiffure, cuisine, peinture, … Un artiste peut créer.

Avez-vous toujours rêvé d’être artiste ?

J-M : Oui depuis que j’ai 12 ans je me suis promis que je toucherai le monde avec ma musique, que je ferai tourner la planète avec le son de ma voix, que je ferai le tour du monde avec ma guitare.

Benoît : L’engagement est différent, J-M est un artiste full-time, nous, nous avons des travails sur le côté. Donc, parfois c’est difficile de travailler ensemble.

J-M : Oui, je ne peux pas leur demander tout et n’importe quoi et je dois définir ce que je veux et comment je le veux afin d’avoir une bonne communication avec le groupe.

 Pensez vous qu’être artiste de nos jours c’est difficile ?

Vivre de son art aujourd’hui est difficile. C’était plus facile de se faire connaitre il y a quelques temps avec le boum d’internet. Maintenant, tout le monde fait le même schéma. C’est plus facile de se faire entendre oui, le média est plus accessible, il y a plus de disponibilité, plus besoin de payer un studio on peut faire ça avec un ordinateur et quelques micros, on a tout ce qu’il faut. C’est le reste qui devient compliqué, il faut être inventif mais tout le monde n’en a pas les moyen pour être suffisamment vu et entendu. Quand on ne sait pas jongler avec ça, on est mis de côté ce qui est un peu dommage.

Comment voyez vous l’avenir du métier d’artiste ?

Artiste, un métier ? C’est toujours un peu bizarre de dire ça.  C’est très compliqué de pouvoir en vivre. L’un dans l’autre c’est difficile de définir ça comme un métier. Mais avec les médias, tout le monde peut le faire (The Voice et autres télé crochets) mais il faut savoir ce que l’on veut : être un artiste reconnu pour son art ou un artiste connu ? Pour moi c’est un débat. Tout le monde veut être vu et entendu sans forcément avoir un talent. Si on fait quelque chose de bon, on est noyé dans une masse, c’est compliqué d’être mis en évidence.

Et est-ce que vous participeriez à ces télés crochets ?

S’ils me disent que j’ai le droit de vivre ma vie d’artiste après oui, sinon je ne pense pas. Ou alors je le ferai en désespoir de cause. Mais je me suis pas vraiment posé la question, c’est plutôt une contrainte, les obligations légales fournies pour qu’eux vivent de leur produit seraient une contrainte pour que moi je puisse vivre de mon art. Tu deviens un produit.

Où peut-on vous retrouver ?

Sur notre site : Mistermuffin.be, le 30 novembre à la Posterie, sur notre facebook : Mistermuffin The stickybones, sur notre Myspace : myspace/muffinmister. Et si vous voulez vous procurer notre album, il suffit d’envoyer un mail à contact@mistermuffin.be

Le mot de la fin ?

Odimba : J’espère que nous pourrons être vu et entendu encore plus avec le Kulturopoint !

 

Coralie Roekens