Illégal: pour une belle leçon de vie!

A ceux qui n’ont jamais entendu parler du centre 127bis, ni de celui de Steenokkerzeel, à ceux  qui ne devinent  même pas le quotidien de leurs occupants. A ceux qui s’imaginent encore, aveuglément, que nous vivons dans un pays juste et tout à fait démocratique. A ceux qui veulent savoir : un DVD est à découvrir, celui  d’« Illégal ».

  A l’heure où Cannes décerne ses palmes, il est bon de parler de ces films  qui ont fait l’histoire du cinéma belge. Parmi ceux-ci, on retrouve Illégal d’Olivier Masset-Depasse. Petit retour en arrière, histoire de donner envie aux lecteurs de dépoussiérer le DVD, pour les plus chanceux qui peuvent se le repasser. Olivier Masset-Depasse a réussi avec brio à nous plonger dans une œuvre à la fois poignante et émouvante sans pour autant frôler le mélo.

illegal A aucun moment nous n’avons une impression de déjà vu, et c’est là toute la réussite. Loin des images calculées et des films défiant les box-offices, le réalisateur a sans aucun doute  voulu un effet de caméra témoin. Représentant une réalité atroce et  trop absente des médias: celle des clandestins. Olivier Masset-Depasse signe un film réaliste qui n’aurait pas eu toute son ampleur s’il n’était porté littéralement par l’actrice principale Anne Coesens, elle aussi épatante de sincérité et de talent. Un tandem de choc qui permet à l’un de nos films belges d’être connu et reconnu dans le milieu du 7e art. Autre actrice remarquable, Christelle Cornil (« Le Vélo de Ghislain Lambert », « Au cul du loup », « Sœur Sourire »), notre petite actrice nationale montante qui fait preuve encore une fois d’un naturel exemplaire et  d’une fraîcheur alliée à une sincérité. Amateurs de films à l’eau de rose, bercés de A à Z  par un scénario en concentré de guimauve, passez votre chemin. Car ici, pas de blonde siliconée ou de pseudo-vedette adepte d’un narcissisme affligeant. Quelques scènes de violences presqu’insoutenables, mais volontaires, par un réalisateur qui les voulait sans aucun doute des plus marquantes  possibles dans les esprits, et pour la bonne cause ! Bienvenue dans la presque réalité (car on s’y croirait !) d’un Etat qui ne peut se vanter de fournir un exemple d’égalité et de réelle prise en charge des personnes clandestines. Espérons que ce film, qui a marqué cinématographiquement parlant l’année 2010 (déjà !), serve de réelle prise de conscience pour certains politiciens. Le film trouve aujourd’hui une seconde vie, notamment avec sa sortie en DVD. A se repasser ! Après tout c’est aussi et surtout cela le message que veut faire passer, dans son 2e long métrage, notre homme de cinéma Carolo …

En bref, « Illégal »,  à voir et revoir lors de soirées où l’on aurait tendance à se plaindre de nos petits soucis du quotidien, ainsi, juste pour se donner une belle leçon de vie, d’humanité et de générosité.

Parce-que savoir n’a rien d’illégal !

Lola Destercq