Tout savoir sur Sum, l’humoriste!

Savez-vous que Charleroi est une ville remplie d’humoristes et de shows comiques à se tordre par terre? Comme je le dis toujours, « Pour vivre longtemps, il faut souvent mourir de rire » et à Charleroi c’est déjà une vieille tradition! Nous avons eu Elliot, nommé « Carolo de l’année 2011 » dans la partie culture et là c’est autour de Sum l’humoriste de faire ses preuve sur les scènes du Pays charboneux!

Partons du point de départ, penses-tu être né humoriste?

Je ne suis pas né humoriste mais j’ai toujours eu cette envie et ce besoin de faire rire les gens qui m’entourent! Famille, amis,…en fait, j’ai toujours adoré être le centre d’attention, faire un peu le clown.
De plus, depuis l’école primaire et les fancy-fair, j’adore être sur scène, je m’y suis toujours senti à l’aise, comme un poisson dans l’eau.

Depuis quand as-tu commencé à jouer?

Je me suis lancé depuis le mois de septembre 2011 avec ce spectacle à l’Espace Marignan. Depuis lors, j’ai joué à Namur, Bruxelles, Mons, Wavre, Nivelles,..; je serai d’ailleurs le 29 mai sur la scène du Kings of Comedy Club à Bruxelles, c’est le café théâtre ouvert par le troupe des Kings of Comedy, connue à travaers la Belgique notamment par la RTBF.

Sum, est ton véritable nom?

Non, mon prénom est Jonathan. Comme c’est un prénom trop commun, je ne l’ai jamais aimé! On m’appelle Sum depuis de nombreuses années car c’est le diminutif de mon nom de famille donc Sum comme nom de scène m’est apparu comme une évidence.

On te voit beaucoup à Charleroi, penses-tu avoir un humour carolo? ou une touche personnelle di Charlerwè? (rires)

Il est vrai que je suis un vrai carolo dans l’âme et que j’adore jouer l’accent ou les clichés de notre région. Maintenant, je ne dirais pas que j’ai un humour typiquement carolo, j’essaye de jouer pour tout le monde.

Prévois-tu une éventuelle carrière à l’étranger?

Je n’y pense pas encore, j’essaye surtout de m’amuser et de faire mon trou en Belgique. Au départ à Charleroi, ensuite en Wallonie et à Bruxelles. Si l’étranger s’offre à moi, je ne dirai pas non, évidememnt!

Et sinon, dans la vie tu fais quoi d’autre?

Dans la vie, je possède un master en sciences politiques, obtenu aux Facultés universitaire catholiques de Mons en 2009 et depuis lors, je travaille pour le SPF Intérieur, à Bruxelles. De plus, depuis l’âge de 6 ans, je joue au foot, au poste de gardien de but. J’ai commencé à Marcinelle et je suis allé dans des clubs tels que Marchienne, l’Olympic, La Louvière,… La saison prochaine, je jouerai à Trazegnies en P3.

J’ai entendu dire, que tu n’aimais pas les noirs? (rires) Que penses-tu du Pays Noir dans lequel tu vas jouer le 17 juin prochain?

Ahaha je n’aime pas les noirs… En fait, il y a une part de véroté car, paradoxalement, je ne suis pas attiré par les filles noires! lol. Je ne suis attiré que par les femmes à la peau plus claire que la mienne. Pourquoi? Je ne sais vraiment pas!
Sinon, le Pays noir, c’est chez moi, c’est toute ma vie! Depuis l’âge de 5 ans, je vis à Marcinelle et, depuis un a, j’y ai même acheté une maison. Je ne me vois pas quitter ma région car je m’y sens trop bien! Les gens sont accueillants, il y a toujours une bonne humeur, une certaine solidarité,… Malgré tout le mal qu’on dit de la région de Charleroi, je suis fier de venir de là et je défendrai toujours ma ville!

As-tu une blague fétiche?

Une blague fétiche? Je n’en ai pas vraiment mais un de mes thèmes de prédilections sur scène est de jouer sur les clichés communautaires. Je me moque des noirs et de l’accent, des préjugés,…ça me fait rire d’utiliser des clichés tellement énormes qu’ils paraissent impossible et pourtant ils sont bien présents dans la tête des gens.

Quel est ton style d’humour?

Donc, moi, je suis dans le stand up, c’est-à-dire, une forme d’humour qui consiste à raconter sa vie, des histoires vécues ou en tout cas, faire croire que ces choses se sont passées et le but est évidemment de faire rire.
Donc, il y a souvent une part de vérité mais je tends à « exagérer » les choses afin de les rendre amusantes.

Mais, d’où tires-tu ton inspiration?

Un peu comme tous les humoristes te diront, l’inspiration vient de la vie de tous les jours, la famille, les amis, les rencontres, les expériences,… dès que j’ai une idée, je l’écris. Ca m’arrive parfois avant de dormir donc je note vite l’idée sur un papier ou sur mon téléphone. Ca m’arrive aussi en conduisant donc soit quelqu’un est à côté et je lui demande de noter, ça ne se calcule pas!
Aimer écrire et faire rire, c’est un peu comme avoir une envie de chocolat, c’est difficile de s’en défaire! Et puis, ça ne nuit pas à ma santé, ni à celle des autres (enfin pas encore! 😉 )

Qu’est-ce qui caractérise ta personnalité?

Enfin, on peut dire que je suis tout le temps de bonne humeur et j’essaye de la transmettre aux autres. Il y a tellement de choses graves dans la vie que je ne me vois pas me plaindre ou tirer la têtepour des futilités.

Ton spectacle « COGITO ERGO SUM, Je pense donc je suis » pourquoi ce titre?
J’aimais bien cette citation de Descartes, « Je pense donc je suis » et comme mon nom de scène est Sum, Cogto ergo Sum me semblait accrocheur comme titre. « Je pense donc je suis » mais justement qui suis-je? C’est ce que le public vient apprendre en voyant le spectacle!