« Le Sacre du printemps » aux Ecuries

Mardi 20 et mercredi 21 mars, aux Ecuries, se jouait « Le sacre du printemps ».

Une occasion unique de vivre un moment de création pure dont le spectateur fait partie intégrante. Un hommage singulier, aussi, à la chorégraphe Pina Bausch…

Comment le groupe réagit-il quand il doit suivre des instructions? Que se passe-t-il quand le spectateur est invité à devenir acteur? Tout le travail de l’artiste catalan Roger Bernat est imprégné de ces questions. Ce sont elles qui l’amènent à redéfinir, dans son œuvre, les limites du théâtre et de la danse en invitant les spectateurs à réaliser eux-mêmes la performance à laquelle ils sont venus assister.

Avec Le Sacre du Printemps, la compagnie propose au public de parcourir de manière ludique la chorégraphie éponyme de Pina Bausch, créée en 1975 sur la musique d’Igor Stravinsky.

Les jeunes du Conseil Consultatif des jeunes de Charleroi nous livrent leurs avis :

« Spectacle surprenant et particulier par rapport aux autres pièces …  très CLASSE.
Nous avons adoré le concept, à savoir que le spectateur et aussi (surtout) acteur.
Chacun de nous à reçu un casque audio et il nous a suffit de suivre les instructions de « la voix ».
Il y avait 3 audiophones différents, donc 3 consignes différentes.
Ces consignes qui étaient relativement stressantes par moment car pas suffisamment claires, ce qui nous a mené à une certaine confusion, hésitation.
En revanche, très belle visualisation et situation dans l’espace alors que peu suggéré.
Spectacle bizarre et hyper moderne à la fois.
Nous regrettons la présence de comédiens dans le public…  Ils auraient pu certainement amener une dynamique autre,
et une participation moins hésitante du « public roi ».
Bien que ce concept casse un peu l’histoire (on perd le fil), de part l’ambiguité des consignes reçues, nous nous sommes terriblement amusé. «