Interview: Les fils de l’autre

Les fils de l’autre : Interview avec Oyo le percussionniste et manager du groupe

Le Kulturopoint, ça te parle ?

Disons que comme beaucoup qui ont fréquenté l’Echo des Chavannes … à l’époque en début 2000, le Kulturo est une partie de mon adolescence.

Qu’es-tu devenu depuis tout ce temps ?

J’ai fais mes études à l’Ipsma, je suis éducateur spécialisé de formation. Et aujourd’hui j’ai l’occasion de vivre de ma passion à Dinant au sein de la maison de la Pataphonie où je m’occupe de l’éveil musical pour les enfants en fabriquant entre autres des instruments de musique avec divers objets.

Les fils de l’autre ça s’est passé comment ?

C’était en 2008 au café la Source à Charleroi, je cherchais un groupe et je suis tombé sur les 2 frères Sermeus, Bernard et Gilles, leur univers m’a tout de suite plu et aujourd’hui nous sommes six dans Les fils de l’autre.

Peut-on qualifier votre musique de « musique festive » ?

Souvent on est catalogué comme musique « pop-folk » et je trouve cette étiquette très bien !

Et peut-on parler de vous comme d’un groupe carolo ?

On est tous issus de Charleroi à la base, donc oui. On est tous un peu près du même âge, on a tous vécu plus ou moins les mêmes choses, on a beaucoup d’espoir pour cette ville et ça transparait dans les textes.

Ce n’est pas un entretien d’embauche (rire), mais quelles seraient pour toi les points forts du groupe ?

Premièrement je pense que c’est la force des textes, la plume des auteurs, mais aussi notre authenticité et la complicité qui règne au sein du groupe, on ne se prend pas la tête.

Y-a-t-il une certaine philosophie dans groupe ?

Ce qui est marrant c’est qu’on est tous issus des maisons de jeunes et on travaille tous dans le social.  C’est important d’être sur la même longueur d’onde je pense, être positif et sincère.

Aurais-tu une anecdote à me raconter sur l’année 2011 ?

Cet été ça été difficile car il pleuvait tout le temps. Je pense à Louvain la Neuve plage ou à Bruxelles plage. Le sable était mouillé, on attendait 2000 personnes il y en avait 200, c’était glauque…, mais on a passé des bons moments.

Parles moi de l’album …

On a enregistré 5 titres qui illustrent bien l’univers du groupe. L’album est au prix de 5€ et est vendu uniquement en concert.

Que souhaites-tu pour 2012 ?

D’être vu et entendu dans quelques chouettes festivals comme Esperanzah, les Francofolies

Nous avons derrière nous environ 60 concerts en 2 ans et nous avons déjà gagné trois concours en Belgique, ça nous motive d’aller plus loin !

Et à Charleroi ?

Nous avons eu peu de visibilité à Charleroi jusqu’à maintenant. Peut-être par manque de contacts et de retours. On aimerait jouer à l’Eden, au Secteur 42 … J’envois partout, j’espère recevoir quelques réponses pour l’année 2012!

http://www.lesfilsdelautre.com
http://www.myspace.com/lesfilsdelautre

E.B.