De l’Impro à Charleroi ! Interview de Fabian Vervier!

Ce mois-ci, La Ruche Théâtre de Marcinelle a eut l’occasion d’accueillir l’Association Carolo d’improvisation (ACI) pour un match réjouissant et revigorant. Que dites-vous de nous pencher d’avantage sur le sujet ? Prêt ? La machine Impro est lancée ! Rencontre avec Fabian Vervier, joueur et coach en improvisation théâtrale depuis plus de 11 ans et fondateur en 2003 de l’ACI. Il enfile pour le Kulturopoint la casquette, non pas d’arbitre mais de porte parole. Tous les coups sont permis ! Alors mets tes idées en place et …Levé de rideau.

Bonjour Fabian, faites vous de la scène votre profession principale ?
Il ne s’agit pas de mon métier principal mais l’investissement est très conséquent dans le quotidien pour gérer la structure de l’ASBL , répondre aux différentes demandes, organiser les spectacles et les coachings.
Concernant les participants, c’est d’une discipline au même titre qu’une activité sportive car outre des spectacles, nous nous entraînons toutes les semaines pour offrir un show de haute qualité.

 Jouez-vous ailleurs qu’à Charleroi?
Absolument, nous jouons régulièrement ailleurs en Belgique dans différentes associations, à l’étranger et nous jouons également pour de entreprises et les écoles.

J’ai eu l’occasion d’assister au match Begique/ Quebec- France/ Suisse….Que tirez vous comme expérience et souvenirs de cet échange international?
Un merveilleux mélange de Culture et des approches différentes de l’impro, ce qui est très enrichissant pour continuer à progresser, affiner son art. De plus, c’est rencontrer d’autres personnes, tisser de liens. Humainement c’est du bonheur à 200%.

Quels seront vos prochains spectacles et où se passeront-ils ? Jouez vous autre chose que de l’impro?
Nous jouons la saison régulière avec des rencontres à thèmes ou en invitant d’autres équipes tous les 2ème vendredis du mois
Il y a la deuxième édition du festival IMPRO4NATIONS qui se fera du 19 au 21 avril avec la Belgique, la Suisse, la France et en invité d’honneur l’Italie ! La première édition a été un succès inespéré avec plus de 1300 spectateurs, notre objectif étant bien entendu de dépasser cela cette saison.
L’Impro est notre moteur principal dans son enseignement et pour nos spectacles. En dehors de l’impro, bien que basé sur ces techniques, nous organisons également des coachings plus personnalisés avec des objectifs définis pour des entreprises ou créons des Team Building. Le concept est vraiment porteur, original, et sérieux. Ce qui enchante les personnes qui nous contactent.
Au delà de l’impro, les gens de l’association ont énormément de compétences au delà de l’artistique. En effet, nous pouvons compter sur des expériences professionnelles probantes telles que : des enseignants, des commerciaux, des marketeers, des avocats etc. Ces compétences mises à profit au sein de l’ASBL en font une structure qui peut répondre à de nombreux besoins.

Conseillez vous l’impro à « monsieur et madame tout le monde » et pourquoi?
Bien sûr, les techniques basées sur l’impro travaillent énormément de points utilisés, par forcément à bon escient, dans la vie de tous les jours. L’écoute, l’acceptation, le travail du corps et de la voix, l’ouverture d’esprit… Beaucoup de gens nous rejoignent pour parfaire certains points de communication, de vaincre une certaine timidité et accroître leur assurance, nouer de nouveaux contacts etc.

Y a-t-il un âge minimum et une limite d’âge pour s’inscrire?
Nous donnons des cours à partir de l’âge de 10 ans et nos 2 « doyens » on respectivement 65 et 60 ans.

Quelle serait la devise de votre Ligue d’impro?
Celle qui nous suit depuis des années à Charleroi « Mets tes idées en place ».

Un petit rituel avant de monter sur scène?
Oui, nous en avions un qui consistait à brûler vif un poulet dans les coulisses avant le début du spectacle. Mais après les différents procès, les odeurs persistantes et 3 théâtres incendiés, on préfère juste maintenant se dire Bonne M… avant de monter sur scène.

Lola Destercq